Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Notre maison à Veil-Picard
  • Notre maison à Veil-Picard
  • : Construction de notre maison en brique Porotherm dans le Domaine de Veil-Picard à Diénay en bourgogne
  • Contact
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 22:06

Mardi 20 janvier

Réalisation du forage destiné au pompage d'eau afin d'alimenter la pompe à chaleur.

Comme je l'avais écrit dans l'article Chronologie des différentes étapes administratives notre chauffage est du type géothermique sur puits.

D'après les études de la société Vivréco, partenaire de Bourgogne Géothermie, le besoin minimum en eau est de 2470 litres par heure à une température mini de 10°C.
C'est donc sur cette base qu'a été réalisé ce forage.

Nous avons donc fait venir un sourcier pour déterminer au mieux l'emplacement du forage. C'était le 28 octobre dernier.



Le sourcier, en recherche d'eau, à l'aide de sa baguette.

Il a déterminé une poche d'eau à 9 m et une veine d'eau à 15 m de profondeur.

A l'aide de marquage au sol, bleu - jaune - rouge, il détermine, par de multiples passages, les zones où réagit le plus sa baguette. Et c'est donc à l'intersection de ces différents aller-retour qu'il positionne le lieu où devra être réalisé le forage. De la même façon il détermine la profondeur des nappes d'eau.



Le lieu du forage est représenté ici par le piquet en rouge.


Pour réaliser notre forage, nous avons fait appel à la SARL ISOFORE, une société proposée par notre maître d'oeuvre.

D'après le foreur, l'installation d'une pompe immergée implique la réalisation d'une colonne d'eau de 10 mètres au moins en dessous du niveau de la dernière arrivée d'eau. En partant des données du sourcier, ISOFORE nous propose donc de descendre le forage à 20 m. Ceci dit, la profondeur définitive peut être modifiée en fonction du débit effectivement trouvé.



8h30, arrivé du foreur avec son matériel et mise en place de la foreuse sur le terrain.



Vue générale du chantier avec, au second plan, le compresseur ainsi que les tubes de forage, au sol, et  les tiges en acier entrainant l'outil de forage, en attente sur la petite remorque.

Le forage est réalisé à l'aide d'un outil marteau fond de troude Ø 178 mm (après déploiement) avec tubage à l'avancement (Ø 160 mm). Cette technique est impératives pour les terrains alluvionnaires. Le tubage à l'avancement permet de faire suivre un tube métallique, pendant la foration, pour éviter les éboulements pendant la descente de l'outil.

Quant au compresseur à air, il permet la montée des agrégats lors de la foration.



9h30, début du forage.
Sur cette vue, on voit le tubage enterré sur une profondeur d'environ 1,5 m. L'outil de forage est, ici, dans une zone comprenant un mélange de sable, de graviers et d'argile.



Mise en place d'une nouvelle tige d'entraînement après désolidarisation du moteur,



et ensuite, mise en place d'un nouveau tube de forage.



On commence à voir apparaître de l'eau. Nous sommes ici à une profondeur de 3 m.



A 3,5 m, l'eau commence à se répandre sur le sol.



Et ici, à 4,4 m nous entrons dans de la roche marno-calcaire. Le tube de forage a beaucoup plus de difficulté à descendre. A partir de 6,7 m, le forage se poursuivra sans tubage.



Après avoir rajouté, à nouveau, une tige d'entraînement et mis, en tête du tube de forage, un té et un tuyau d'évacuation - en bleu -, le forage a pu reprendre.
Le terrain est maintenant bien humide.



Nous sommes maintenant arrivé dans la poche d'eau à 9,5 m. Le sourcier l'avait évaluée à 9 m.
Le débit d'eau, à partir de maintenant, est estimé à 6 m3/h ; largement au delà du besoin.

On aperçoit, à gauche sur la photo, les tubes en PVC alimentaire en attente.



L'eau gicle de partout.
La veine d'eau a été trouvée à une profondeur de 13,5 m. le sourcier l'avait estimé à 15 m.



L'aficheur de la foreuse indique une profondeur de 16,97 m et une vitesse de descente de 19 m/h. 



Le poste de commande. Toutes les fonctions sont hydraulique.



Il est 13h, le forage est terminé et sa profondeur est de 18,2 m. Le foreur estime suffisant la hauteur de la colonne d'eau en fonction du besoin.
Nous entrons maintenant dans la phase de nettoyage - air-lift - du forage. C'est l'air comprimé, injecté dans le fond du puits, qui créé ce geyser - impressionnant.



La pression diminuant, le geyser perd de sa puissance.



Après avoir retiré l'outil de forage, nous passons maintenenat à la mise en place des tubes PVC dans le forage.

Les tubes, de longueur 3 m et de Ø 112/125, sont crépinés sur toute la hauteur du forage sauf pour les premier et dernier qui sont lisses. Il en résulte donc une hauteur crépinée de 12m. Les tubes sont assemblés par filetage.



Maintenant nous assistons à la phase de dépose des tubes de forage.
C'est au moyen d'un puissant vérin et par l'intermédiaire de mâchoires, que l'on aperçoit à la base de la foreuse, que sont retirés les tubes.



La foreuse a terminée son travail, elle peut maintenant repartir.



Mais le travail du foreur n'est pas terminé.
Après avoir mis en place le gravier dans l'espace laissé libre suite à la dépose des tubes en acier, le foreur réalise un bouchon, étanche, à base de ciment sur une hauteur d'environ 1,5 m.

La température de l'eau mesurée est de 11,8°C et le débit de 3,6 m3/h. En fait, c'est le débit maxi que peut fournir la pompe immergée du prestataire.

Et pour finir, voici le rapport de forage avec les différents enregistrements.

Cette fois-ci la prestation de la SARL ISOFORE est complètement terminé. Il est 15h40.


Jeudi 22 janvier


Finition de la sortie du forage et mise en place des fourreaux pour le tuyau et le câble, par le terrassier.

 

 

L'équipement hors gel du forage est constitué d'une buse Ø 800 dans laquelle on trouve les fourreaux pour l'alimentation en eau de la pompe à chaleur et l'alimentation électrique de la pompe immergée.



Nous retrouvons ces mêmes fourreaux, à l'autre extrémité, au niveau de la chaufferie.
Le tuyau de Ø 40 est en polyéthylène.

On remarque, ici, 3 sorties PVC en Ø 100 :
   -  à gauche, pour la sortie de la PAC (Pompe à Chaleur), vers la sortie des eaux pluviales - sortie par défaut
   -  à droite, pour la sortie de la PAC, vers la cuve de récupération des eaux pluviales - option à la demande
   -  au centre, pour le trop plein du ballon d'eau chaude vers les eaux usées.





 





Partager cet article

Repost 0

commentaires

olive 04/08/2010 21:55


porquoi avez fait realiser un seul forage ne doit on pas rejeter dans la meme nappe phreatique n'etes vous pas hors la loi


Dom 04/08/2010 22:14



Bonsoir,


Oui, en effet, normalement on doit rejeter dans la même nappe. Dans mon cas je rejette dans les eaux pluviales qui se jettent dans un bassin de décantation. Ces eaux redescendent dans la nappe
par capillarité. D'autre part le pompage de mon eau se trouve à faible profondeur.


Je tiens à vous préciser que j'ai obtenu l'autorisation de mon lotisseur.



Sam 13/06/2010 20:23


Bonjour,

Un sourcier a évalué le passage d'une veine dans mon jardin à 16m de profondeur. Pourriez vous me dire s'il vous plaît combien vous a coûé l'intervention de la foreuse???
Merci
Sam


Eric Blaise 05/01/2016 20:29

Merci bien d'avoir répondu à cette question. J'avais la même question, mais votre réponse à tout clarifier. J'ai envie de creuser un puits chez moi, mais les lois chez moi ne permettent pas le creusement à cause de la sècheresse. Merci bien d'avoir partagé cet article bien intéressant et les photos.

Dom 13/06/2010 21:40



Bonjour,


Le prix total de l'intervention de forage sur mon terrain m'est revenu à 3826 € TTC pour une profondeur réalisée de 18m.