Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Notre maison à Veil-Picard
  • Notre maison à Veil-Picard
  • : Construction de notre maison en brique Porotherm dans le Domaine de Veil-Picard à Diénay en bourgogne
  • Contact
5 août 2008 2 05 /08 /août /2008 10:05

Veil-Picard, un lieu chargé d'histoire.

Le château de Veil-Picard a une histoire extraordinaire et possède encore aujourd'hui des mystères et des secrets non élucidés.




                                                            Le château de Veil-Picard avant sa destruction


Le château de Veil-Picard couvre une superficie actuelle de 14 hectares de terre et 3 hectares d'étang, le tout clos par des murs qui gardent bien des mystères et pour longtemps. On s'étonne par exemple que ce dernier était inconnu au tracé du cadastre dit de Napoléon de 1827, alors que le château date d'avant les années 1820. Par contre, sur le cadastre, on y voyait la route, les deux sources et le vivier.
Le premier propriétaire était M. Noël. Cependant, on trouve dans les archives, deux frères portant ce même nom, Antoine et Victor qui étaient tous deux, maîtres de forge à Diénay, Villecomte, Is-sur-Tille et à Til-Châtel. Aucun écrit ne dit qui était le propriétaire de ce château. Les archives indiquent seulement que M. Noël a fait construire la partie centrale du château et les premiers corps de bâtiments.
Le deuxième propriétaire fut Jean-Eugène Lemoine. Il était marchand épicier en 1837 et devint percepteur en 1838. Comment a-t-il fait fortune pour acheter la propriété qui était immense ? Le mystère n'est toujours pas résolu à ce jour. De son vivant, Jean-Eugène Lemoine a fait réaliser l'aile gauche au bâtiment existant ainsi qu'une partie des étangs, les îles et le pont rustique.



                                                                  Le pont rustique


A sa mort, dans les dernières années du XIXème siècle, ses enfants ont vendu la propriété à Léon César Veil-Picard, membre d'une riche famille de banquiers de Besançon, un célibataire qui avait investit dans la fabrication d'alcool à base d'absinthe en reprenant la majorité dans la maison Pernot Fils et qui vivait de ses rentes. Il prend alors possession du château et ajoute une troisième aile au bâtiment. Passionné de chasse à courre, bienfaiteur du village, il fut maire de Diénay de 1912 à 1921. En plus du château d'origine, il fit réaliser différentes installations : des remises, un garage, la maison du gardien (appelé aussi chalet du régisseur), la glacière, etc. et il y fit installer des pompes et une turbine électrique fournissant du courant pour le château et les dépendances, mais aussi pour les habitations de la commune. En 1912, Diénay fut ainsi l'un des premiers villages du canton à être alimenté en électricité. L'entretien de ce vaste et beau domaine nécessitait un personnel de plusieurs dizaines de personnes. Il a aussi fait creuser trois hectares d'étang. Léon César Veil-Picard décède à Paris en 1921.





















             
              L'aile droite du Château                                                                  La maison du gardien


Des drames au château :
C'est Guy Babault, membre de l'institut de France, du Muséum d'histoire naturelle et explorateur, qui devint le propriétaire suivant en 1925. Une grande partie de sa collection de spécimens de faune était d'ailleurs entreposée dans les dépendances de la propriété.Le premier drame au château eut lieu le 28 avril 1925 vers 22 heures, alors que M. et Mme Guy Babault étaient partis en villégiature à Nice en laissant leurs enfants. Un immense brasier se déclare alors. Les pompiers d'Is-sur-Tille arrivent à 1 h 20 du matin, mais l'incendie a déjà pris des proportions colossales. A 2 h 30 les pompiers de Dijon arrivent sur les lieux, mais tout a brûlé. Il ne resta que des ruines.
Le deuxième drame au château est survenu quelque temps plus tard, le garde-chasse du château est trouvé assassiné à Poiseul-les-Saulx. Il a reçu 3 coups de fusil. La police de l'époque n'a pas trouvé le coupable. Le dossier est resté sans effet et classé sans suite, un autre mystère non élucidé.
Le propriétaire suivant sera Théodore Bellaïgue entre 1926 et 1927. Il était industriel à Villecharles et à Diénay. Il revend la propriété à Amédé-Henri Pouletty qui laissera la fabuleuse propriété à l'abandon. Avec la faillite de ce propriétaire, le domaine est mis en vente aux enchères publiques en 1936, mais faute d'acquéreur, la propriété est laissé à l'abandon.
L'immense domaine tombe dans l'oubli jusqu'en 1962 c'est-à-dire jusqu'au rachat d'Eric Lescure, héritier de la famille fondatrice de l'entreprise SEB, qui en était le dernier propriétaire avant la reprise par la société Pierre et Vie.
A l'époque, vu l'état de ruine très avancé du château, tout sera rasé de la toiture jusqu'au niveau du sol, seules les caves et les fondations originales seront conservées. Eric Lescure a fait reconstruire une nouvelle villa sur l'assise de l'ancien château.



                                  Le pavillon actuel construit sur les caves de l'ancien château


A la recherche d'un trésor :
Durant la démolition du château, Eric Lescure était présent pour surveiller de très près non pas les travaux, mais pour découvrir une boîte contenant un trésor qui avait été caché dans un mur. Effectivement, la boîte a été bel et bien retrouvée, mais la déception fut grande car la boîte était vide, le trésor avait disparu. Le mystère de ce trésor reste encore entier aujourd'hui.

Un autre mystère, et non des moindres, lors des travaux d'assainissement dans la propriété, les ouvriers ont trouvé des cadavres : deux squelettes d'adultes et un d'enfant. La gendarmerie a été appelée sur les lieux : le dossier a été classé sans suite.



                                                        Le domaine Veil-Picard avant le rachat par Pierre et Vie.


Sources : La société d'histoire Tille-Ignon.


Partager cet article

Repost 0
Published by Dom - dans Divers
commenter cet article

commentaires